Appel – Call for papers

[Please see below for the English version]

Les budgets participatifs en 2020 : la participation sans démocratie ?

Appel à communication

Depuis les années 2010, les budgets participatifs ont fait l’objet de peu de travaux empiriques actualisés et publiés en langue française. Le présent appel souhaite mettre en lumière et en perspective les spécificités de la vague actuelle des budgets participatifs. Nous souhaitons réunir des contributions permettant de renouveler ces études de cas, mais aussi les questionnements liés : objectifs des organisateurs, effets sur les participants, effets sur les politiques publiques, effets démocratiques.

Axe 1 : Que sont devenus les budgets participatifs ?

Objectif : analyser en contexte les budgets participatifs vus de 2020, leurs acteurs et leurs logiques.

  • Quels sont les processus et les mécanismes étiquetés « budget participatif »? En quoi diffèrent-il entre eux, et des précédents, avant les années 2010 ? Sur quels points sont-ils similaires ?
  • Quelles sont les méthodes, procédures et technologies mises en place dans les budgets participatifs ? Dans quelle mesure ces nouveaux budgets participatifs en renouvellent-ils les pratiques et les définitions?
  • Des acteurs de certains territoires résistent-ils à l’adoption du budget participatif ? Pour quelles raisons ?
  • Que sont devenus les budgets participatifs au Brésil après trente ans ? Qu’en est-il de l’influence des expériences originelles comme référence pour les cas actuels ?
  • Quelles sont les représentations que les acteurs associent au budget participatif ? Les agents et les agencements de la démocratie participative et du budget participatif se recoupent-ils pleinement ? Ou est-il possible de s’intéresser à l’un sans s’intéresser à l’autre ?
  • Observe-t-on de plus en plus des budgets participatifs et, en même temps, de moins en moins de de marge de manœuvre et de discussion sur les orientations budgétaires ? Le budget participatif est-il le lot de consolation démocratique de l’austérité économique ?
  • Les projets réalisés sont-ils partout toujours les mêmes ? Quelle est leur utilité sociale ?

Axe 2 : Quels sont les effets au-delà du budget participatif en tant que tel ?

 Objectif : saisir les effets sur l’action publique et les systèmes politico-administratifs des budgets participatifs.

  • Quels impacts sur les budgets locaux ? Que deviennent les logiques redistributives dans cette génération de budgets participatifs ?
  • Observe-t-on un renouvellement des logiques de clientélisme et de cooptation ? Quelle est la place des collectifs déjà constitués dans les démarches de budget participatif ?
  • Dans quelle mesure les institutions administratives et l’action publique locales sont-elles impactées ? Observe-t-on dans le même temps des résistances de la part d’acteurs s’estimant perdants ?
  • Quels sont les effets sur les professionnels de la participation et de la ville ? Dans quelle mesure l’urbanisme est-il modifié par les projets déposés dans les budgets participatifs ?
  • Qu’advient-il de la réalisation des projets votés ou délibérés ? Quid de la participation des citoyens une fois que le projet est inclus dans le budget ?
  • Quels secteurs publics bénéficient ou au contraire sont lésés par les budgets participatifs ? Des entreprises privées, au-delà des seuls professionnels de la participation, bénéficient-elles de ces budgets participatifs ?

Axe 3 : Des jeux participatifs sans enjeux politiques ?

 Objectif : analyser les formes de participation et les effets démocratiques des budgets participatifs.

  • À quel point ces budgets participatifs visent-ils et permettent-ils l’inclusion de nouvelles catégories de la population dans la démocratie locale ? Les nouveaux budgets participatifs contribuent-ils à former des citoyens plus actifs ou plus critiques ?
  • L’aspect ludique des budgets participatifs rabaisse-t-il leur portée politique ou est-il un aspect facilitant, voire capacitant?
  • Dans quelle mesure l’utilisation de technologies numériques influence-t-elle la participation et la délibération ? Est-ce que ces plateformes incitent à l’individualisation des demandes au détriment des logiques de discussion collective ?
  • Les budgets participatifs signent-ils le retour du confinement de la démocratie locale à la gestion urbaine de proximité ?
  • Quels impératifs de participation les organisateurs fixent-ils ? Et comment les participants se les approprient ? Voter à un budget participatif, est-ce vraiment « participer » ? Cette participation est-elle réitérée dans le temps et dans d’autres espaces ?
  • Quelle place pour la contestation ou la critique dans les budgets participatifs ? Les débats liés au budget participatif mènent-ils à la mise en débat d’autres politiques publiques ?

Modalités de contribution

Les contributions s’appuieront sur des données empiriques originales, concernant des cas récents. Elles peuvent prendre la forme de monographies ou de comparaisons, en France ou à l’étranger. Une inscription indicative dans les axes thématiques proposée est souhaitable, mais l’appel reste ouvert à toute approche permettant d’éclairer l’objet “budget participatif” dans la suite ou le renouvellement des travaux déjà existants.

Les propositions de communications (500 mots), incluant nom d’auteur.e-s et affiliation, devront être envoyées à journee2020@budgetparticipatif.info avant le 26 juin 2020 07 juillet 2020.

Organisation et calendrier

  • Echéance pour envoi des propositions (résumé, 500 mots) : 26 juin 2020 07 juillet 2020.
  • Evaluation des propositions : 29 juin – 17 juillet 2020
  • Retour aux candidats : à partir du 20 juillet 2020 14 août 2020
  • Envoi des textes finaux par les auteurs : 1er novembre 2020
  • Journée d’études : 23 novembre 2020, Paris (MSH-Paris Nord)
  • Première soumission à un éditeur scientifique : début 2021

Débouchés envisagés, suite à la journée d’étude :

  • Publication d’un ouvrage collectif, en français, actualisé sur la question des budgets participatifs ; comprenant articles originaux, et possiblement traductions d’articles inédits.
  • Soumission d’une special issue, en anglais, issue des travaux originaux de l’atelier.

Comité scientifique

  • Françoise Montambeault, Assistant Professor of political science, CERIUM, University of Montreal, Canada
  • Giovanni Allegretti, Senior researcher in urban planning, CCS, Coimbra University, Portugal
  • Julien Talpin, Senior researcher in political science, CERAPS, CNRS, Lille University, France
  • Loic Blondiaux, Professor of political science, CESSP, Paris 1 Pantheon-Sorbonne University, France
  • Stéphanie Tawa Lama-Rewal, Senior researcher in political science, CEIAS, CNRS, EHESS, Paris, France
  • Yves Cabannes, Emeritus Professor in development planning, University College London, UK

Comité d’organisation

  • Gilles Pradeau, chercheur doctorant en science politique (Université de Westminster)
  • Guillaume Petit, chercheur postdoctoral en science politique (UCLouvain ; Vrije Universiteit Brussel)
  • William Arhip-Paterson, chercheur doctorant en science politique (CESSP, Université Paris 1)
[version française ci-dessus]

Participatory budgeting in 2020:  participation without democracy?

Call for papers

Since the 2010s, participatory budgeting processes have not been the subject of many updated empirical studies, despite their multiplication. The present call invites to highlight and put into perspective the specificities of the most recent participatory budgets; in particular since 2014 in France, and more generally since the years 2010. We aim to gather papers that will allow us to renew the understanding of case studies, and the related general questions about the objectives of the organizers, the effects on participants, on public policies and democracy.

  1. What has become of participatory budgeting?

 Objective: Renewing contextual analyses of participatory budgets (PB) case studies in 2020.

  • Which processes can be labelled as “PB”? What are the main differences and similarities between new cases and the older ones?
  • What methods, procedures and technologies have been put in place to run PB? To what extent do these new participatory budgets transform practices and update our definition of PB?
  • Can some actors resist the adoption of participatory budgeting? Which territories seem immune? For what reasons?
  • What has happened to PB experiences in Brazil since 1990? Do the original experiences still influence, as a reference, the current diffusion?
  • How stakeholders conceive PB? Are promoters of a stronger participatory democracy always enthusiastic to implement PB?
  • Do we discern more and more PB cases and less and less room for manoeuvre on budget choices? To which extent PB becomes merely a consolation prize when local authorities face spending reductions?
  • Are implemented projects very similar from a place to another? What is their social impact?
  1. Current effects of participatory budgeting

Objective: Grasping the effects on public policies and public sector

  • How can PB make some influence on local budgets, and vice versa? What happens to the redistributive claim in the last generation of PBs?
  • Is there a renewal of clientelism or co-optation patterns?
  • To what extent are civil service and local public policies disrupted by PB? What are the resistances from actors who feel deprived?
  • What are the impacts on private actors and civil servants, as public participation professionals?
  • How are the projects really implemented? What happens to citizen involvement once the project is funded? Is there any form of citizen oversight?
  • Which public policies can benefit or, on the contrary, are harmed by participatory budgeting? Which companies and firms can benefit from PB exercises? To what extent is urban planning impacted by the proposals?
  1. Participatory games without political stakes?

Objective: Analyzing forms of participation and democratic outcomes of PB.

  • To what extent do the recent participatory budgets allow the inclusion of new categories of population in participatory democracy? Do new participatory budgets support active and critical citizenship?
  • Does the gamification of participatory budgeting reduce its political relevance, or does it help to empower citizens?
  • To what extent do digital platforms influence participation and deliberation? Do these platforms favor individual demands, at the cost of collective deliberation?
  • Does PB lead to narrow down participatory democracy to local urban planning issues?
  • What kind of goals do the managers set for participation? To what extent do the participants make them their own? Is voting a real participatory climax within participatory budgeting? Is this involvement renewed over time and in other settings?
  • Is there any room within these PB processes for contention and radical critique? Do debates related to PB lead to the discussion of public policies?

Expected contributions

We invite papers exploring original empirical evidence, covering recent PB cases (since 2010). They can be monographs or comparisons. This workshop aims at embracing the three areas of inquiry, but the call remains open to any approach that would help to shed light on the subject of « participatory budgeting ».

Abstract proposals (500 words, with name and affiliation of the author-s) have to be emailed to journee2020@budgetparticipatif.info  by June 26th 2020 July 7th 2020.

The best contributions will be translated for an edited book presenting cutting-edge research about participatory budgeting. A special issue in an international journal is also being considered.

Schedule 

  • 07.07.20: Deadline for abstract proposal
  • From 20.07.20 14.08.20: Feedback to selected speakers
  • 01.11.20: Deadline for final papers
  • 23.11.20: International workshop in Paris (MSH, Paris-Nord)
  • Early 2021: First submission to a scientific publisher

Scientific Committee

  • Françoise Montambeault, Assistant Professor of political science, CERIUM, University of Montreal, Canada
  • Giovanni Allegretti, Senior researcher in urban planning, CCS, Coimbra University, Portugal
  • Julien Talpin, Senior researcher in political science, CERAPS, CNRS, Lille University, France
  • Loic Blondiaux, Professor of political science, CESSP, Paris 1 Pantheon-Sorbonne University, France
  • Stéphanie Tawa Lama-Rewal, Senior researcher in political science, CEIAS, CNRS, EHESS, Paris, France
  • Yves Cabannes, Emeritus Professor in development planning, University College London, UK

Conveners

  • Gilles Pradeau, PhD candidate in Politics (University of Westminster, Centre for the Study of Democracy)
  • Guillaume Petit, Dr., researcher in political science (UCLouvain, IspoLe / VUB, POLI)
  • William Arhip-Paterson, PhD researcher in political science (CESSP, Université Paris 1)